Angel Olsen & Alex Cameron de passage à l’Epicerie Moderne.

Lundi 5 juin 2017

Direction Feyzin et l’Epicerie Moderne pour aller écouter la belle et puissante voix d’Angel Olsen.

Signée sur le label Jagjaguwar aux côtés d’artistes comme Bon Iver, Préoccupations ou Unknown Mortal Orchestra, elle semble bien lancée pour une carrière fructueuse.

Cette jeune américaine de 30 ans, entre folk et rock, a déjà 3 albums à son actif : Half Way Home (2012), Burn Your Fire for No Witness (2014) et plus récemment My Woman (2016).

Le concert s’ouvre d’abord avec Alex Cameron en première partie. C’est son deuxième passage à Lyon cette année. Programmé par le Razzle, il y a quelques mois il est venu jouer au Sonic. On le retrouve avec son timbre grave, ses mouvements de dance qui ne sont pas sans rappeler quelque peu Bowie : un corps élancé qui se trémousse lascivement au gré des chansons. La ressemblance peut même se poursuivre dans sa voix, son son aussi.

Un peu plus tard, après un rapide changement de plateau,, les musiciens d’Angel Olsen s’élancent sur scène. Puis c’est son tour, elle fait une entrée en musique sur fond de son titre « Intern » et se révèle à nos yeux, scintillante dans sa robe. Peut être mois avide de pas chorégraphiés qu’Alex Cameron, sa présence sur scène capte tout de suite l’attention du public.

On sent une atmosphère communicative et détendue : elle discute avec le public, règles les petits détails techniques, sirote du vin blanc, bref on se sent bien.

               

Alternant des titres plein d’énergie comme « Shut up Kiss me » où elle scande férocement son amour, un amour sans concession, fait pour rester, puis des titres plus épurés comme « Windows » dans lequel résonne son interrogation :

« Are you all right ?

Are you all right ?

Are you all right ? »

À ce moment là en tout cas, je suis all right  en sa compagnie.

Cet été Alex Cameron sera au festival This Is Not A Love Song à Nîmes, au festival We Love Greeen à Paris ou au Dour Festival en Belgique.

Pour Angel Olsen ce sera le festival La Route du Rock ou un peu plus loin dans le cadre du Flow Festival à Helsinki.

Des artistes à suivre de près en 2017 et après.

Frédérique Aubert