Annemasse, Château Rouge, 30/01/2016, second soir des auditions Rhône-Alpes pour les Inouïs du Printemps de Bourges 2016.Ils sont 5, ils ont des caractères aussi divers que trempés, et se veulent aussi sympas et accessibles que leur musique. Depuis 2008, date de création du projet, ces rockeurs à la française enchainent dates et tournées, tout en prenant le temps d’évoluer et de sortir leur troisième album, sobrement intitulé « #3 », pris dans un élan qui ne semble pas près de s’arrêter.

Selon leurs propres dires, nos cinq compères se sont rencontrés un peu par hasard, ont tous des jobs à côté, mais ont la même volonté de s’accrocher à leur musique pour ce qu’elle a de plus précieux : le fun. Cela ne les empêche pas d’avoir de nombreux projets, bien au contraire. Ils fondent en parallèle une association qui deviendra label : Pop Club Records.

L’ambiance Bourges, ils ont connu, contribué et aimé, puisqu’ils ont participé aux Off lors d’une précédente édition de cette  « grande fête de la musique à ciel ouvert. Beaucoup de gens de la musique nous ont poussés à faire ça, on sait que c’est un évènement important en France ». Ils aiment à se rappeler cette belle expérience et cela les motive d’autant plus.

Cette année, ils passent les sélections et ne comptent pas s’arrêter là. Les 5 poteaux qui avancent au jour le jour vont revêtir leur plus belle peau de musiciens et partir à l’affût de contacts, d’opportunités, avec surtout l’envie de faire de bonnes dates. « On se réjouit d’aller jouer sur une grande scène devant du monde, ça fait office de vernissage ».

Et d’annoncer clairement la couleur : « tout le monde est là pour ses intérêts, c’est un peu comme un gros marché. Une rencontre avec un gros label serait une chance à ne pas rater, un bon concert sera déjà un gros kiff ». Avec ce genre de raisonnement, c’est forcément gagnant !

Pour eux, Bourges est un peu comme « une Coupe de France » dont le but est de passer les barrages, et d’arriver en 8e pour plonger dans le bain du haut niveau avec de grandes formations.

D’autant que pour ces sélections, l’équipe des Rebels joue à domicile, et entre copains, comme Daisy Lambert ou Os Drongos, qu’ils connaissent visiblement bien. Partant du principe simple et efficace que tout le monde a sa chance et va donner tout ce qu’il a, ces cinq garçons plein d’avenir et sans prétention sont prêts à en découdre, et savent qu’ils ont tout à y gagner.

Du fun et des beaux moments en perspective, c’est tout ce qu’on leur souhaite !

Aymeric DUMOULIN